Sélectionner une page

Avant de faire lever les foules dans les gradins, les plus grands joueurs de foot de la planète ont fait lever (les bras) des badauds sur le trottoir. Le football de rue, qui est l’essence même du football professionnel, est l’endroit où beaucoup d’as du ballon rond ont récité leur gamme avant le début de leur carrière. Tour d’horizon évidemment non-exhaustif.

1. Zinédine Zidane – Entraîneur Real Madrid (France)

Le plus grand joueur français de l’histoire a passé son enfance à Marseille, dans la cité de la Castellane, aujourd’hui plus connue pour sa pauvreté et sa délinquance que pour avoir vu les premiers exploits du génie français. Mais c’est bien là, sur la place Tartane, une esplanade de son quartier, en face de l’immeuble où sa famille réside, que « Yazid » ou « Yaz » parfait ses roulettes, ses petits ponts, ses gestes techniques et sa vision du jeu. Et s’il n’était « pas le meilleur », selon un ami d’enfance, Zinédine Zidane ressortait du lot, car il savait très tôt, à 14 ans, ce qu’il voulait : devenir professionnel. Et mettre des roulettes sur le gazon plutôt que sur le béton.

  1. Diego Maradona – Entraîneur Gimnasia La Plata (Argentine)

La technique majestueuse d’El Pibe de Oro trouve sa genèse dans son enfance. Tout petit, quand il allait à l’école le matin ou quand il en revenait, le soir, Diego Maradona s’amusait à jongler avec une orange ou des boules de papier journal sans, évidemment, jamais les faire toucher le sol durant tout le chemin. Plus tôt, à l’âge de 4 ou 5 ans, le petit Argentin martyrisait déjà les grillages de son quartier à force de tirer dessus avec son ballon.

3. Ronaldo – Président de Valladolid (Espagne)

De l’enfance de son fils, Dona Sonia Nazario retient surtout l’aura qu’il avait auprès des gens de son quartier, et de plus loin. Réputé localement dès 6 ans pour son talent balle aux pieds, le vrai Ronaldo a fait des tests dans tous les clubs de sa région natale après que son talent ait éclot dans la rue, où il était littéralement « une attraction », selon sa mère. Une attraction devenue Ballon d’Or en 1997.

4. Michel Platini – Ex président l’UEFA

Le deuxième meilleur joueur tricolore de tous les temps a commencé le foot dans la rue, à Joeuf, sa ville natale. Avec pour but une porte de garage, et pour adversaires ses copains du quartier, Michel Platini récitait ses gammes tous les jours de la semaine, ainsi que les week-ends, en prenant également soin d’aller aux entraînements officiels de son club de jeunesse les jeudis soirs. Grâce à une famille sportive – le père était coach, la mère basketteuse, le grand-père tenait le Café des sports -, le Français d’origine italienne a très tôt eu le foot dans le sang et, après avoir récité ses gammes sur le bitume, impasse Saint-Exupéry, a ébloui les foules à Nancy, Saint-Etienne et Turin.

5. Ronaldinho – Ex joueur brésilien

Plus original que ses petits camarades footballeurs que nous avons cités ici, Ronaldinho jouait dans la rue, comme la plupart des grands footballeurs, mais prenait soin de faire participer tout le monde. Même les animaux. En effet, le Brésilien, passé par le PSG, le Barça et le Milan AC, dribblait les chiens qu’il croisait. Jusqu’à les rendre fous, comme les défenseurs sur le pré, plus tard dans sa carrière ?

6. Zlatan Ibrahimovic – Attaquant Milan AC (Italie)

Caratériel et spectaculaire Zlatan Ibrahimovic ? Certainement. Et ces traits de sa personnalité ne datent pas de ses débuts en pro. Déjà, sur les terrains de son quartier d’enfance, dans la ville de Rosengard, à la périphérie de Malmö, le Suédois d’aujourd’hui 38 ans impressionnait un peu tout le monde, à la fois par sa technique et son caractère bien trempé. Selon un ancien copain de l’actuel joueur du Milan AC, ce dernier tentait toujours de « faire des talonnades, des ailes de pigeon et des retournés » quand les gosses jouaient tous entre eux, sur le terrain du quartier. Il avait aussi la réputation de mettre des « coups de tête » quand ça n’allait pas. Il n’a pas changé, donc.

7. Radja Nainggolan – Milieu Cagliari (Italie)

Joueur talentueux à l’enfance difficile, Radja Nainggolan s’est formé dans la rue. Celle-ci prône un jeu physique et a donné le goût au Ninja, actuellement à Cagliari, d’user de son corps dans les duels, et pour la conservation de la gonfle. Le milieu de 31 ans révèle même que « sur le bitume, il n’y a pas de coach pour nous dire comment faire, pas de faute sifflée, donc tu dois toujours être le maître du ballon. » Et c’est sûrement ce mantra qui a fait du Ninja un des meilleurs milieux du monde, à une période.

8. Wissam Ben Yedder – Buteur Monaco (France)

Ce n’est un secret pour personne, le buteur monégasque était, avant d’être un footballeur, un très bon joueur de futsal. Mais avant de passer de la seconde à la première activité, Wissam Ben Yedder, très jeune, tapait du ballon tout le temps, dehors. « Sous la neige », « sous la pluie », « à 8h du matin », peu importe : selon un ami d’enfance, le goleador de 29 ans, seul ou à plusieurs, perfectionnait son sens du but, sa technique et ses deux pieds dans la rue pratiquement tous les jours, avec son propre ballon. D’ailleurs, selon le joueur, « le foot de rue est une belle représentation de la vie ».

9. Hatem Ben Arfa – Attaquant Valladolid (Espagne)

L’éternel espoir du football français est très tôt apparu sur les écrans. Vedette du documentaire A la Clairefontaine, Hatem Ben Arfa, alors ado, y fait montre de son talent balle aux pieds en bas de son immeuble, lors d’une scène courte mais efficace, ou en quelques mouvements de corps et feintes précises, il dribble plusieurs de ses adversaires sur tout le terrain pour ensuite inscrire un but. Déjà habile, vif et technique, Hatem Ben Arfa fera plusieurs remake de cette scène sur les terrains de L1 et de Premier League où son talent, reconnu, ne pourra néanmoins jamais être totalement confirmé dans la durée. Mamadou Niang, ex-coéquipier à l’OM, a dit de lui qu’il avait le talent de Lionel Messi. A 32 ans, Hatem Ben Arfa est resté pourtant sans contrat pendant plus de six mois.

10. Allan Saint-Maximin – Aillier Nexcastle United (Angleterre)

Dribbleur devant l’éternel, le milieu offensif de Newcastle United a appris à jouer dans la rue, selon son propre aveu. Et cette dernière le force, toujours selon lui, à vouloir « battre [son] adversaire » et à le « dribbler ». Et comme les dribbles amènent le jeu rugueux, ce sont les matchs de rue qui lui ont également appris à « éviter les coups ». En somme : merci la rue !

Alors que pensez-vous de cette sélection ??

A bientôt

Joff

(article rédigé par Maxime Brun)

Application mobile SOKKA

Rejoins vite la communité SOKKA

 

Et inscris-toi pour suivre l'avancée du projet.

Merci pour ton inscription. Pense à regarder dans tes spams si tu ne reçois pas d'e-mail de confirmation.

Partage SOKKA sur les réseaux sociaux

Clique ici pour partager sur Facebook et Twitter !